• La fête de la musique

     

     

     

     

     

     

    L'été arrive,

    Il faut l'annoncer

    Cette fête, une bonne idée

    Elle va réunir du monde.

    Du chant, aux instruments,

    Chacun y mettra son coeur

    Le spectateur applaudira

    Il pourra aussi se mettre à danser

    La musique adoucit les moeurs

    Proverbe bien connu

    Certains ne penseront pas à ce moment musical

    Ils doivent nettoyer toute cette boue

    D'autres n'ont plus rien

    Avec la météo, nous ne pouvons aller contre

    Peut-être que des associations viendront

    Elles réconforteront toute cette population

    Peut-être en sourdine

    Une musique se fera tout de même entendre

    Pour tout le monde

    Longue sera la nuit

    Avec les flons-flons

    Nous nous endormirons

    Durant quelques instants

    Les soucis s'envoleront

    Comme l'oiseau avec son cui-cui

    Chanter c'est prier deux fois

    La fête de la musique

    La fête de la réconciliation

    Quelques cantiques, vers le ciel monteront

    A la mémoire de nos disparus

    Ils sont tous dans un monde meilleur

    Eux aussi, feront la fête

    Ils nous enverrons de doux messages musicaux

    Ils nous feront penser aux anciennes chansons

    Certaines ont toujours autant de succès

    Elles restent indémodables avec le temps

    Bref, la musique

    Quelle soit ancienne, moderne

    Chantée ou jouée

    Elle restera toujours appréciée

    Et même en cent ans

    Nous n'aurons pas tout le temps

    De connaître toutes ses vertus

    Et peut-être avec elle

    Nous atteindrons l'inaccessible étoile

    Telle est notre quête.

    La fête de la musique

     

     


    166 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plus de porte à la cage

    L'oiseau s'envole

    Pour lui, la liberté.

    Face à moi, une porte,

    Deux questions se posent

    La laisser fermer,

    Ou l'ouvrir.

    En ce moment, j'apprends le mot oser

    Je veux enterrer mon passé

    Ne garder que les bons souvenirs

    Je veux faire comme le volatile

    Aller ailleurs

    Voir autre chose

    Cette porte, une invitation

    Je mets la main sur la poignée

    Je pénètre de l'autre côté

    Un paysage différent devant mes yeux

    Des gens autres

    Il faut faire un pas vers eux

    Ce n'est pas facile

    Avec certains, le courant passe

    Avec d'autres, je suis comme une bête curieuse

    Il me faut découvrir ce nouveau monde

    Cette porte, une bonne occasion

    Pour me faire une vie  nouvelle

    J'ai mes défauts et qualités comme chacun de nous

    Il me faut corriger le négatif

    Faire attention de ne pas commettre les mêmes erreurs

    Savoir dire non si c'est nécessaire

    Je dois exploiter mon savoir

    Le transmettre aussi

    Je crois que cette porte sur mon chemin

    Elle n'était pas là par hasard.

     

    Pour répondre au défi de Plume de Poète chez Evy :  http://plume-de-poete.over-blog.com/


    108 commentaires
  • Tu aurais pu t'appeler Joseph

    Comme lui, tu étais artisan

    Tes parents t'ont appelé Jean

    Tu n'as pas eu la vie facile

    Tu as travaillé dur

    Tu n'as pas hésité à bâtir ton garage

    Tu as vu qu'il fallait bouger dans la vie

    Si on voulait quelque chose

    Tu n'aurais pas fait de mal à une mouche

    Chiens et chats, tu les caressais

    Tu as voulu des poules

    Un poulailler, tu as construit

    Mais c'était un ami qui mettait fin à leur vie

    Autour de toi, les enfants venaient

    Pourtant tu ne les appelais pas

    Personne ne saura jamais

    Pourquoi, ils t'appréciaient.

    Jean, comme un des évangélistes

    La bonne nouvelle, tu l'as répandue

    Tu étais bien un des fils de notre Dieu

    Ta passion, le chant

    Tu animais tous les offices religieux

    Tu chantais avec foi

    Nous pouvions voir des larmes coulées sur certains visages

    Tu ne t'es pas contenté de cela

    Tu étais dans la chorale communale

    Un des plus anciens membres

    Tu y es rentré avec les pantalons forme golf

    Ce n'était pas du tout les mêmes idées politiques

    Mais qu'importe, le plus important était le chant

    Pourtant ta mère ne t'a pas aidé dans cette voie

    Elle te mettait même des bâtons dans les roues

    Tu réparais les voitures

    Avec toujours un air dans la tête

    Tu as entraîné ta fille dans ton groupe

    Elle ne chantait peut-être pas toujours très juste

    Mais elle participait

    Ton fils tenait la guitare basse

    Ta femme assurait la réception des invités

    Tu as fait venir quelques vedettes

    Il fallait bien les accueillir

    En plus, elle supportait toutes tes répétitions

    Souvent tu quittais les réunions de famille

    Une messe, un concert à animer

    Tu aimais le cinéma

    Un ciméma érigé par des bénévoles: le Familia

    Tu en étais du nombre

    Ta chemise, tu aurais donnée

    Tu étais toujours prêts pour les autres

    Parfois au détriment de tes proches

    Tu avais bon coeur.

    Avec les jeunes conducteurs,

    Tu leur mettais le véhicule en main

    Tu avais pour certains des idées bizarres

    Au moment de Noël,

    Tu as fait pousser une forêt de sapins dans l'église

    Tu as fait se poser la colombe de la paix

    Tu as fait une grande mappemonde

    Pour montrer que les peuples pouvaient vivre unis

    En fait, la deuxième maison, l'église.

    Pour tout cela,

    Tu n'as pas reçu tous les mercis que tu méritais

    Tu as entrepris beaucoup de choses

    Certaines ont été réalisées entièrement

    Pour d'autres, le temps a manqué

    La maladie a été la plus forte

    Tu ne te plaignais pas

    Tu ne voulais l'aide de personne

    C'était pourtant dur pour toi

    Tu y mettais le temps

    Pourtant la souffrance était grande

    Tu as marqué l'histoire de ton village

    A  jamais tu restes dans nos coeurs

    Et pour ce seize juin

    Je te dis

    Bonne fête Papa

     

    pour le défi d'écriture d'Etoile des Neiges : http://etoiledesneige.files.wordpress.com/2013/06/fete-papa.jpg&h=544

     

     

     


    115 commentaires
  • La-bas

    Là-bas, il y a ma campagne verdoyante

    Les champs de blé et ses coquelicots

    Les tapis de lin bleu,

    Là-bas, il y a l'Escaut

    Les promenades le long de ses rives

    L' écluse où les péniches attendent leur tour

    Là-bas, il y a des fermes

    Les vaches blanches et noires et leur bon lait

    La basse-cour où le coq est maître

    Les lapins bien nourris dans leur clapier

    Les oiseaux viennent faire l'aubade

    Là-bas, il y a mon clocher

    Et aussi la chapelle Sainte Philomène

    Là-bas, ma famille est restée

    Maman est toujours dans sa maison

    Quelques amis veulent toujours me voir

    Là-bas reposent mes ancêtres

    Sans oublier papa

    Là-bas, c'est ma région natale

    C'est le patois dont je suis fière

    C'est l'accent restant toujours avec moi

    La-bas, c'est le Nord

    Certains jours, il me manque

    La-bas

    Ici, la vie est tout autre

    C'est le bruit, les embouteillages

    Les grands immeubles et quelques maisons individuelles

    Les bons et mauvais quartiers

    Les gens se regardent à peine

    C'est la grande ville

    C'est Marseille

    Avec tout de même la belle bleue,

    Les calanques bien sauvages

    Les petits chemins de randonnée

    C'est la sardine ayant bouché le vieux port

    C'est l'apéritif apprécié de tous: le Pastis

    C'est les parties de pétanque

    C'est notre Bonne Mère

    Elle veille sur nous tous

    La-bas

    Là, l'été approche

    Le départ en vacances s'annonce

    Là-bas, ce sera les belles montagnes

    La cascade du Morel

    Là-bas ce sera nos marches quotidiennes

    Nous verrons les jardins fleuris

    Les fleurs sauvages bordant les petits chemins

    Les arbres bien verts voulant toucher le ciel

    La-bas, ce sera les sons de la nature

    Le bruit de la source,

    Le chant des oiseaux

    Peut-être verrons-nous quelques bêtes s'aventurant vers les touristes

    Là-bas, ce sera les églises avec l'art barroque

    Là-bas ce sera notre hôtel

    Nous retrouverons nos logeurs

    Ils sont notre deuxième famille

    Ce sera la rencontre avec les voisins

    Là-bas nous nous ferons chouchouter

    Nous serons dans les thermes

    Là-bas nous sommes bien

    Nous oublions tout

    C'est notre petit paradis sur terre

    Là-bas c'est la Savoie

     

    Pour répondre au défi de l'atelier d'écriture de Niki : http://perbage.wordpress.com/


    121 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires