• Je vous remercie des commentaires que vous me faites sur mon blog

    Je ne peux vous en faire chez vous je ne reçois pas vos parutions et si je veux voir les commentaires de mon blog,il faut que je me connecte sur celui-ci

    J'ai signalé ce problème à Eklablog, ils me disent à chaque fois de vérifier mes spams qui restent vides

    J'ai coché dans la barre d'outils toutes les lignes de notification

    Sachez que vous me manquez beaucoup

    Si quelqu'un peut me dire en commentaires où je peux trouver les blogs auxquels je me suis inscrite cela me ferait grand plaisir.

    Pour les autres plate-formes, je reçois les avis de parution comme d'habitude

    Je vous embrasse tous et je répète que de ne pas vous laisser de commentaires est indépendant de ma volonté

     

    Merci de votre compréhension à tous

     


    120 commentaires
  • Ils ont vécu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nos ancêtres ont gardé les petits obus des guerres,

    Des souvenirs pour eux.

    Des souvenirs de la souffrance vécue.

    Ils ne peuvent oublier ces moments.

    Certains en ont fait des briquets,

    D'autres des garnitures.

    Obus posés sur un meuble,

    Une horloge montre les heures,

    Le temps continue de s'écouler.

    Des hommes devenus papys.

    Ils tiennent à montrer à la jeune génération

    La vie difficile.

    Ils veulent laisser un message :

    Ne plus jamais voir cela.

    Les femmes ont été dans l'inquiétude.

    Elles avaient toujours la peur de recevoir la mauvaise lettre.

    Des enfants n'ont pas connu leur père,

    Ils ont été élevé par des épouses méritantes, courageuses, elles aussi.

    Elles ont éduqué leur progéniture seules.

    Mamies aujourd'hui,

    Elles expliquent elles aussi tout cela à leur descendance.

    Les guerres terminées,

    Les drapeaux ont été brandis,

    Le champagne a coulé.

    Chez moi, tous les onze novembre,

    La bouteille est ouverte.

    C'est la coutume de Papa Prudent,

    Parti et revenu du front.

    Je ne l'ai pas connu.

    Mais je perpétue cette tradition.

    J'aime respecter ces habitudes.

    J'estime beaucoup les vieilles personnes.

    Je me retrouve souvent en leur compagnie,

    Ceux sont mes amies,

    Avec leurs histoires.

    Je veux connaître leur passé,

    Je veux pouvoir citer leurs mots,

    Je veux garder en mémoire leur vécu.

     

    Pour répondre au défi de : giselefayet


    76 commentaires
  • Ce matin, les cloches sonnent,

    Elles sont de retour de Rome.

    La pierre a roulé,

    Marie croit, elle court,

    Elle crie : "le Christ est ressuscité" !

    Les enfants sont ravis,

    Les jardins se sont remplis d'oeufs,

    C'est à celui qui en aura le plus.

    Les parents feront le partage ensuite.

    Et comme ces derniers sont heureux,

    Ils ont le sourire,

    Cela leur rappelle leur jeunesse.

    La table est dressée,

    C'est le grand repas pascal,

    L'agneau est de rigueur,

    Le dessert, un gâteau

    Le nid de Pâques en chocolat.

    Encore un bon moment pour se retrouver.

    Il y en a seul chez eux,

    La télévision les accompagne,

    Ils ont tout de même préparer un extra pour le repas.

    D'autres sont dans les hôpitaux,

    Une petite gâterie viendra les réconforter.

    Certains sont hélas dans la rue,

    Seul le parfum des pâtisseries chatouillera leur nez.

    Dans le Nord,

    Il y a le "poul'wé"

    Ceux sont des allées de thym,

    Les friandises de Pâques y sont cachées.

    Chaque région a ses coutumes,

    C'est important de les faire perdurer.

    Elles ont leur charme.

    C'est ce qui fait notre pays.

    Ceux sont toutes ces histoires

    Que nos anciens ont plaisir à raconter.

    Ils n'avaient pas tous les jours la vie facile.

    Mais ils étaient heureux.

    Ils prenaient le temps de se rencontrer,

    Ils partageaient leurs récoltes avec les voisins,

    Ils se rendaient service,

    Ils ne laissaient pas les personnes isolées,

    Ils ne craignaient pas de laisser leur porte ouverte.

    Certes, les langues allaient bon train,

    Les commères s'en donnaient à coeur joie

    Comme aujourd'hui d'ailleurs.

    Ils savaient vivre,

    Ils connaissaient les bonnes manières,

    Ils avaient le respect de chacun,

    D'un rien, ils se contentaient,

    Ils ne rivalisaient pas avec l'autre,

    Ils savaient faire la fête

    Sans que cela dégénère en bataille.

    Tout était bon pour se rassembler.

    Nous devrions prendre modèle sur eux.

    La France serait-elle plus belle ?

    Les tensions seraient moindre,

    L'esprit de Pâques rayonneraient dans tous les coeurs

    Comme les fleurs épanouies de toutes couleurs.

    Pour cela, il faut marcher de très longues routes,

    Pour rencontrer les fleurs du printemps

    Et retrouver son coeur d'enfant.

     


    122 commentaires
  • Si j'étais une fleur,

    Je serai une violette,

    Je me NICHERAI dans les hautes herbes.

    Si j'étais le temps,

    Je serai le soleil,

    J'ILLUMINERAI la terre de tous mes rayons.

    Si j'étais un plat,

    Je serai un gros gâteau,

    Une fois cuit, j'EMBAUMERAI la maison.

    Dès le matin,

    Dans le jardin serait la ROSEE,

    Signe d'une belle journée.

    Dans la PELOUSE,

    Je laisserai pousser les pâquerettes

    Avec leurs fines corolles.

    Le CHATON serait heureux,

    Il ferai des bonds pour attraper son joujou,

    Puis las, il se réfugierait près de sa mère.

    J'irai cueillir la menthe POIVRE,

    D'une bonne tisane, je m'abeuverai.

    Ensuite, j'irai proclamer l'IMMINENTE fête

    Entre temps, la VIERGE pleurerait son fils,

    Les prophètes avait bien PRESAGE sa mort.

    Les cloches vont partir,

    Dès dimanche prochain, elles seront l'ANNONCIATION de la résurrection,

    Dans l'espoir de voir se taire les canons.

    Le printemps c'est faire ce RENOUVEAU

    Avec toutes les merveilles de la nature.

    Alors pourquoi les hommes n'essaient-ils pas

    De réaliser la joie,

    La sérénité,

    L'amour,

    L'entente,

    L'entraide,

    Le respect

    De marcher la main dans la main

    Sans se soucier des idées de chacun ?

     

    Pour le défi d'Arlette

     


    163 commentaires
  • Compostelle

     

     

     

     

     

    LORSQUE COMME MOI? ON NE SAIT DE COMPOSTELLE AVANT DE PARTIR, ON IMAGINE UN VIEUX CHEMIN COURANT DANS LES HERBES....

    Compostelle, un long voyage à entreprendre !

    Avant de partir se demander pourquoi tant d'autres se sont mis en marche.

    Un goût de l'aventure, une envie de prouver quelque chose,

    Une promesse faite, un désir de voyager.

    Nombreuses peuvent être les raisons !

    Certains peuvent aussi avoir commis des fautes à se faire repentir.

    Les pèlerinages sont nombreux.

    Beaucoup vont à Lourdes dans l'attente d'un miracle.

    Ils vont prier notre mère du ciel et unissent nos intentions à les leurs.

    Mais Compostelle,

    C'est partir pour un long voyage sans prendre la voiture, le train, l'avion.

    Beaucoup y vont à pieds, d'autres en vélo et aussi des handicapés en fauteuil.

    C'est un long périple et s'ils veulent vraiment jouer le jeu,

    Ils se munissent d'un carnet à faire tamponner dans toutes les paroisses se trouvant sur leur route.

    Ils reviendront avec la fameuse coquille de Saint Jacques en souvenir.

    Ils auront vu le tombeau de cet apôtre

    Ils seront fiers de leur exploit.

    Mais moi,

    Je me vois mal partir sur les routes,

    Je me vois mal dormir à la belle étoile,

    Je me vois mal rencontrer des gens avec une langue étrangère,

    Je me vois mal sur des chemins sinueux pleins d'embûches à traverser,

    Et pourtant,

    J'aimerai changer d'horizon,

    Voir d'autres choses,

    Voir d'autres paysages,

    Voir de nouveaux visages,

    Voir ce que les autres vivent.

    Je voudrai oublier,

    Oublier ces villes polluées,

    Oublier ces gens se regardant en chien de faïence.

    Pourquoi entreprendre un tel pèlerinage

    Ma foi n'est pas assez puissante.

    L'Eglise m'a trop déçue et blessée.

    Mes jambes ne me porteront pas à destination,

    Pourtant j'aime marcher.

    Je manque encore d'affirmation,

    Je craindrai la solitude,

    Je n'arriverai pas à demander de l'aide même à notre Père du Ciel,

    J'ai encore le coeur trop lourd d'avoir vu partir des jeunes pour le voyage éternel.

    Je ne peux encore concevoir aujourd'hui que ce Dieu soit bon comme il le dit.

    Ne ferait-il pas mieux de prendre la vie aux personnes qui ne sortiront plus jamais de leur lit.

    L'injustice en moi est trop forte.

    Trop de questions sont encore en moi sur le message du Christ.

    Je ne me suis pas encore admise entièrement telle que je suis,

    Je me cherche encore beaucoup trop.

    J'ai pourtant bien évolué déjà.

    J'arrive à dire non quand il le faut,

    Je mène une vie comme les autres remplie d'amour.

    Mes propos sont moins durs qu'auparavant,

    Certes je ne peux encore pardonner certaines choses.

    Mon choix est de ne plus rencontrer les personnes m'ayant fait du mal.

    Pourtant la route est courte et ce serait dommage de se croiser sans se regarder,

    Je marche encore trop avec les yeux sur les souliers.

    Lèves-toi et marches des paroles qui ne sont pas encore à mes oreilles.

    Ce voyage doit être beau,

    Les paysages rencontrés sont les les merveilles de la nature,

    Les régions traversées peuvent nous apprendre beaucoup,

    Les habitants des villages doivent se faire une joie de rencontrer les pèlerins.

    Ils doivent partager leur manière de vivre et inviter ces personnes à leur table.

    Nous devons certainement sourire à la vie,

    Nous devons partager tant de choses.

    Compostelle un rêve pour aujourd'hui,

    Demain peut-être une réalité.

    Pour le défi de :  http://mandrine6.wordpress.com/2014/04/06/la-magie-des-mots-n-je-ne-sais-plus-disons-n-1-pour-cette-annee/

     


    147 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires