• Do, le do il a bon dos

    Ré, les rayons d'or du soleil

    Mi, c'est la moitié d'un tout

    Fa, c'est facile à chanter

    Sol, l'endroit où nous marchons

    La, l'endroit où nous allons

    Si, siffler comme un pinson

    Et nous revenons à do

     

    Pour le défi de Fabulo blogspot


    156 commentaires
  • Rien ne lui résiste,

    Energique et plein de fougue

    Musclé et minutieux,

    Invitation à la vie positive


    65 commentaires
  • En grande effervescence est la maison.

    Toutes les poussières sont faites,

    Le repassage c'est une corvée,

    Il est pourtant réalisé,

    Les plantes de leurs feuilles mortes sont nettoyées.

    Dans une chambre, des sacs, des valises,

    Ca sent le départ.

    Il ne faut rien oublier.

    Le chien a son paquetage,

    Il surveille nos mouvements,

    Pas de danger pour lui de rester.

    Nous prévoyons quelques pulls,

    Nous mettons plus de vêtements d'été,

    Nous n'oublions pas quelques loisirs,

    Les ordinateurs eux aussi partiront.

    Nous souhaitons avoir une bonne connexion,

    Sinon le blog sera en pause.

    La voiture est lavée et vérifiée.

    Elle va nous conduire vers une autre contrée.

    La route, elle ne la connait pas encore.

    C'est une nouvelle suite à nos péripéties de l'an passé.

    Le jour du départ approche.

    Une semaine encore dans cette ville polluée,

    Une semaine encore avec les embouteillages,

    Une semaine encore avec nos rendez-vous médicaux

    Puis ce sera la Savoie,

    Notre lieu de destination.

    Nous allons respirer l'air pur,

    Nous allons voir nos belles montagnes verdoyantes,

    Nous entendrons les cloches du village voisin,

    Nous retrouverons notre chambre d'hôtel.

    Nous serons comme avec notre maman de vacances,

    Nous saluerons toutes nos connaissances,

    Nous irons nous promener le long de la cascade.

    Un bonheur pour nous de partir.

    Un bon moyen de nous ressourcer,

    Un moment où nous oublierons tout,

    Un jour où nous fêterons nos seize ans de connaissance.

    Des vacances où nous serons heureux

    Des vacances où nous serons libres de toute contrainte,

    Des vacances  où nous nous ferons chouchouter lors de la cure,

    Des vacances à savourer.

    Des vacances enchanteresses,

    Espérons-le


    120 commentaires
  • Amènent l'été, la fête de la musique,

    Divertissements sur la plage,

    Elégantes dames sortent leur tenue légère,

    L'envie d'évasion, de promenades se fait sentir,

    Ensemble, nous pouvons sourire.


    113 commentaires
  •  Photo de Eva Joe

     

    Petite feuille, tu étais bien accrochée à l'arbre,

    Ton enfance n'a pas toujours été heureuse.

    Tu ne pouvais t'adonner à tes plaisirs.

    Il fallait travailler pour ta soeur, ton frère,

    Il fallait faire marcher l'affaire de ton père.

    Tu ne pouvais avoir en souvenirs,

    Les bons moments passés avec les copains,

    Vos ballades en vélo.

    La construction du cinéma Familia,

    Ton rôle de projectionniste par la suite.

    Puis, un beau jour,

    Tu as rencontré une jeune fille.

    Pour tes parents, elle n'était pas pour toi.

    Mais tu as persévéré,

    Et vous vous êtes unis pour le meilleur et le pire.

    La feuille de l'arbre s'est décrochée.

    Elle a pris son envol vers d'autres horizons.

    Tu as oeuvré dur toute ta vie,

    Tu étais salarié de ton père,

    Puis tu as repris le garage à ton nom.

    Tu as pu commencé à t'octroyer des vacances

    Vacances sur les places du Nord où tu y est né,

    Vacances en Haute Savoie, en Dordogne,

    Vacances en Loire Atlantique,

    Et là, la voiture connaissait le chemin.

    Entre temps, deux enfants sont arrivés.

    Ils ont comblé votre foyer.

    Avec ta fille,

    Les problèmes de santé se sont greffés,

    Maman et toi, vous avez dû vous faire une raison,

    Elle devra vivre avec cet handicap toute sa vie.

    Mais elle a réussi dans ses études,

    Quand elle a eu son bac,

    Elle a pu devenir ta secrétaire-comptable.

    Tous les deux vous étiez bien complices,

    L'un n'allait pas sans l'autre.

    Avec ton fils,

    L'école, ce n'était pas la joie,

    Mais il a réussi à avoir une bonne place de chauffeur.

    Ton plaisir était de chanter.

    Tu faisais partie de la chorale municipale,

    Tu y a commencé avec les pantalons de golf

    La mode de l'époque.

    Tu allais à l'église,

    Et là, tu as créé ta chorale,

    Le groupe Emmanuel, elle s'est appelée

    Que de temps passé.

    C'était bien souvent au détriment des réunions de famille.

    Tu as tenu ton engagement jusqu'au bout.

    Ta femme a bien été obligé de suivre.

    Elle n'était pas toujours heureuse de te voir quitter un repas.

    Elle t'a aidé beaucoup tout de même.

    Elle accueillait tout le monde à la maison,

    Que de grandes tables, elle a dû préparées.

    Tes enfants se sont engagés dans ce groupe.

    Ton fils jouait de la guitare basse,

    Ta fille chantait, pas toujours très juste

    Mais tu ne refusais personne dans la chorale

    Tu chantais,

    Tu jouais de la guitare sèche,

    Tu tenais l'orgue électronique.

    Tes soi-disant amis t'ont bien fait de la peine,

    Ta mère ne t'a pas fait de cadeaux,

    Tout cela, ta épouse, ta fille l'ont accepté.

    Ton fils avait sa famille.

    Puis, un jour, le verdict est tombé.

    La maladie du siècle t'est tombée sur le dos.

    La feuille continuait de voleter.

    Tu n'as pas voulu arrêter tes activités.

    Jusqu'au bout tu t'es battu.

    Tu voulais toujours être présentable en public.

    Tu te faisais critiquer de sortir

    Malgré le mal qui te rongeait.

    Mais tu en avais de la force et du caractère.

    Puis, cette saleté a été la plus forte.

    Et la feuille s'est posée sur le sol,

    Elle ne brillera plus,

    Elle va être piétinée.

    C'est la vie.

    Ta dernière demeure a été l'église,

    Là, où tu as passé tant de temps,

    Papa,tu as vraiment été fort,

    Papa, tu avais vraiment beaucoup de volonté,

    Papa, tu as été courageux,

    Papa, tu as été aussi têtu.

    Ta fille a pris beaucoup de toi,

    Aujourd'hui encore,

    Elle n'a pas encore fait ton deuil.

    Certes, elle commence à admettre,

    Mais elle ne veut pas entendre du mal de toi.

    Elle préfère ne pas répondre quand cela se passe.

    Papa, tu aimais les fleurs discrètes,

    Les violettes, le myosotis, le muguet.

    Le jour de ton enterrement,

    Une grande croix de Saint Paulia reposait sur ta tombe.

    Papa, tu resteras toujours dans mon coeur,

    Ta fille doit encore marcher de longues routes pour te rencontrer,

    Elle le sait.

    Un jour, elle ira te retrouver dans la grande maison,

    Elle ira vers cette lumière.

    Là où tu es,

    Tu dois encore chanter,

    Tant de choristes t'ont déjà rejoints.

    Et en ce jour de la fête des Pères

    Je ne pourrai aller me recueillir sur son tombe.

    Elle est trop loin de chez moi,

    Mais, elle te dit bonne fête Papa

    Et nous ne pouvons oublié Joseph,

    Le père terrestre de Jésus

    Et Dieu notre Père à tous,

    Notre berger toujours à nos côtés

    Comme toi tu l'es toujours avec nous.


    103 commentaires
  • Energie, il faut en avoir à revendre.

    Râler ne sert à rien, il faut se calmer.

    Nouvel esprit tu dois avoir, il faut positiver.

    Espoir te fait vivre, il ne faut pas se décourager.

    Santé, un bien précieux, il faut l'entretenir.

    Tendresse tu donneras, il faut voir arriver enfin la paix.


    109 commentaires
  • Je suis dans ma chambre,

    Elle est MEUBLEE d'une belle bibliothèque,

    Je suis une passionnée des livres.

    BLOTTIE dans mon lit bien au chaud,

    Je vois par un rai du volet

    Un rayon de soleil sur le MIROIR.

    Je me repasse des SEQUENCES de ma vie.

    Je ne suis pas encore ECRASEE par le poids des ans.

    Mais, je me trouve déjà avec un passé bien chargé.

    Il y a eu  des évènements heureux,

    Des moments douloureux aussi.

    Je voudrai me soulager.

    Les larmes ne viennent pas,

    Pas même une GOUTELETTE ne perle sur mon visage.

    Tout à coup, je sens quelque chose,

    Une PATTE se pose sur moi.

    C'est mon chien,

    Il est âgé,

    Il demande de l'aide,

    Il veut me rejoindre dans ce nid douillet.

    Et tout à coup, je sursaute.

    Le réveil sonne.

    Je me lève.

    Au loin, la campagne est encore EMBRUMEE.

    Nous sommes en juin,

    La DOUCEUR du matin se fait sentir,

    Et de l'arbre, s'envole la pie VOLEUSE.

     

    Pour le défi de ; http://filamots.wordpress.com/2014/06/04/filamots-atelier-decritures-2014-2/


    99 commentaires
  • Printemps déjà bien avancé, l'été s'approche,

    Azur bleu réjouit nos coeurs, fait oublier nos peines,

    Utopique n'est pas l'astre jaune attendu pour les vacances

    L'envie de chanter me prend et même si c'est faux,

    Avec amour et foi, mon message passera.

     

    Pour répondre au défi de : http://jill-bill.over-blog.com/ sur Paula


    110 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires