• Voyager n’est pas forcément partir !

    Le voyage c’est tout une vie !

    L’enfant naît,

    Il entre dans le monde,

    Petit à petit, il découvre.

    Il grandit.

    Ses parents l’envoient à l’école,

    Il apprend notre histoire.

    Les parents enseignent également les bonnes manières,

    Ils lui donnent leur religion,

    Ils le guident dans leurs idées politiques.

     

    Adolescent, il voit autre chose,

    Il lui faut tracer son parcours de futur adulte,

    Des conseils lui seront nécessaires,

    Il voudra tout tenter.

    Il sera sans doute influencer par des bandes,

    Des bandes aux mœurs pas toujours très favorables.

    Il commencera à connaître des échecs,

    Il ne pensera pas comme papa et maman.

    Ce sera le temps des premières amours.

    Il aura des chagrins,

    Il trouvera sans doute l’élu de son cœur.

     

    Ils décideront de vivre ensemble,

    A leur tour, ils formeront une famille.

    Ils devront éduquer leurs enfants,

    Ils prendront peut-être modèles sur leurs parents,

    Ils choisiront ou bien de les élever autrement.

     

    Ils deviendront des vieilles personnes,

    Ils seront peut-être encore indépendants,

    La maladie viendra peut-être les frapper,

    La mort surviendra pour séparer  ce couple.

     

    Certes, durant notre séjour sur cette terre,

    Nous avons tous des envies de partir,

    Nous rêvons à d’autres horizons,

    Nous tenterons de réaliser cela,

    Nous prendrons des vacances.

     

    Nous aurons des souhaits,

    Nous essaierons de les combler,

    Nous ne pourrons pas tout avoir,

    L’argent ne nous le permettra pas.

    Nous nous dirons bienheureux

    Si nous possédons le nécessaire,

    Si nous pouvons nous faire des plaisirs.

    Nous plaindrons les pauvres,

    Nous tenterons de les aider,

    Nous n’hésiterons pas à leur sourire,

    Un sourire, un remontant pour le moral.

     

    Sur cette planète,

    Nous connaîtrons les réussites,

    Nous les fêterons.

    Nous subirons des échecs.

    Certains s’en relèveront,

    D’autres auront besoin d’aide,

    Leur vie sera peut-être anéantie.

    Il y aura des épreuves,

    Les routes seront bien sinueuses,

    Nous tenterons de nous rattacher à quelqu’un,

    Nous aurons la foi en quelque chose pour nous soutenir.

    Nous voudrons baisser les bras,

    Bien vite, nous nous rendrons compte que la vie continue.

    Il faudra s’accrocher,

    Il ne sera pas souhaitable de nous laisser distancer.

     

    Tout cela n’est-il pas notre vision de tous les jours ?

    Tout cela n’est-il pas notre force ?

    Tour cela n’est-il pas aussi parfois nos lâchetés ?

    Tout cela n’est-il pas notre combat ?

    Tout cela n’est-il pas des découvertes ?

    Tout cela n’est-il pas aussi des choses à jeter ?

    Tout cela n’est-il pas des souvenirs à garder ?

    Tout cela n’est-il pas un long parcours ?

    En fait, tout cela est bien le grand voyage de la vie.


    122 commentaires
  • Adémar

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Amour quand tu nous tiens,

    Dire et le chanter un plaisir,

    Encore et toujours, tu dois être,

    Moment de tempête vite oublié,

    Abandon des armes,

    Rêve d’un monde de paix


    54 commentaires
  • Résister

     

     

     

     

     

     

     

     

    Résister dans une vie,

    Il le faut,

    La vie ne nous fait pas toujours de cadeaux,

    Pourtant nous devons tout accepter.

    RESISTER AUX MOQUERIES,

    Nous avons une différence physique,

    Dès l’enfance nous sommes pris à partie.

    RESISTER A NOS IDEES,

    Nous ne pensons pas tous la même chose sur la religion, la politique,

    Certains rient de nos croyances.

    RESISTER DANS LES ASSOCIATIONS,

    Des réflexions désagréables nous sont faites,

    Nous partons pour ne pas déclencher des disputes.

    RESISTER A NOS ENVIES,

    Le progrès avance,

    Le porte-monnaie ne nous le permet pas.

    RESISTER FACE A LA DOULEUR,

    Nous n’avons pas toujours une santé de fer,

    Nous ne voulons pas forcément le montrer.

    RESISTER A DE BONS PETITS PLATS,

    Nous prenons facilement du poids,

    Nous nous contentons de saliver.

    RESISTER AU SOMMEIL,

    Nous écoutons un discours lassant,

    La politesse est de suivre tout de même.

    RESISTER FACE A LA METEO,

    Le temps est mauvais,

    Nous devons tout de même affronter les éléments.

    RESISTER A LA PEUR,

    Des actions nous bloquent,

    Il nous faut tout de même continuer notre route.

    RESISTER FACE A  LA MORT,

    Un être cher nous quitte,

    La vie continue de tourner,

    RESISTER AUX DEBOIRES DE NOS ASPIRATIONS,

    Nous pensions fonder une famille avec au moins un enfant,

    Notre corps ne l’accepte pas forcément.

    RESISTER A PRATIQUER UN SPORT,

    Nous aurions voulu pouvoir faire,

    Notre handicap nous rappelle à l’ordre.

    RESISTER A QUITTER UNE REGION,

    D’autres horizons nous auraient été plus favorables,

    Nous ne pouvons pas couper tous les liens.

    RESISTER A AVOIR UN JOLI PAVILLON,

    Nous ne serions pas gêner par les voisins,

    Le coût du marché est trop onéreux.

    RESISTER A DIRE DES VERITES,

    Des faits se passent,

    Nous ne voulons pas blesser les autres.

    RESISTER DE PLEURER,

    Les larmes ne viennent pas,

    Nous ne pouvons nous soulager.

    RESISTER A DES CHEMINS SINUEUX,

    Le cap est difficile à franchir,

    Nous devons tout de même avancer.

    Et un beau jour, nous craquons,

    Là, il est trop tard,

    Le mal est présent,

    Il nous faut consulter,

    Le besoin de parler se fait sentir,

    Le besoin d’être entouré grandit,

    Résister n’est pas vivre en égoïste,

    C’est préserver l’entourage,

    Résister une force en nous,

    Résister c’est aussi vouloir du bien pour autrui.

    Sans cesse résister,

    Ce n’est pas chose facile

    C’est un dur combat à mener,

    C’est se forger un monde meilleur.

     


    141 commentaires
  • Toussine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Timidement le soleil se montre,

    Ouverture de la fenêtre,

    Une bouffée d’air entre dans la maison,

    Sentir les mimosas,

    Sortir, l’envie se fait sentir,

    Invitation à garder encore une petite laine,

    Nature change,

    Envolée d’oiseaux, déjà ils cherchent à s’accoupler.


    88 commentaires
  • Une vie

     

     

     

     

     

    J’étais un enfant,

    Je n’avais pas encore de la SUITE dans les idées,

    A la radio, SALVATOR Adamo chantait.

    Je ne comprenais pas encore quand le SOLEIL brillait,

    La SAUTERELLE SORTAIT.

    Je ne pouvais jamais l’attraper.

    Elle n’arrêtait pas de faire des SAUTS.

    Il n’était pas encore question de partir en vacances en SUEDE,

    Ce n’était pas encore la mode des grands voyages.

    Mes parents avaient une SIMCA.

    Le SIEGE-auto n’était pas encore obligatoire.

    Plus tard, je SUIS devenue SECRETAIRE-comptable au garage.

    Quand j’ai SU faire du vélo,

    J’allais jusqu’à SAULZOIR, petit village du Nord porter les factures.

    En même temps, je faisais du SPORT.

    Dans le jardin, poussaient des SOUCIS,

    Par qui avaient-ils été SEMES, cela reste un mystère.

    Je les cueillais,

    J’allais les offrir à maman avec le SOURIRE.

    Le SERINGA du voisin sentait si bon,

    Parfois avec le SECATEUR, nous coupions les branches venant chez nous,

    Nous en faisions des bouquets odorants pour la maison.

    Les années ont passé,

    Tout cela, ceux sont des SOUVENIRS.

    J’ai volé de mes propres ailes.

    A SALINS les thermes, STATION balnéaire en SAVOIE,

    J’ai rencontré l’amour.

    Nous retournons tous les ans faire notre cure dans cette région.

    Nous nous promenons dans le SENTIER menant à la cascade du Morel,

    Nous nous mettons à l’ombre des SAPINS.

    Nous entendons SONNER les cloches des villages voisins.

    Ils SONT SITUES près du SOMMET de la montagne.

    Nous empruntons aussi les routes SINUEUSES et étroites pour visiter le coin.

    Une fois rentrés, nous SAVOURONS les diots accompagnés de crozets au SARRAZIN.

    Le SEIGNEUR a bien fait la nature tout de même,

    Un SPECTACLE à admirer tous les jours de la SRMAINE.

    Chaque année, nous n’oublions pas de fêter la SAINT Valentin,

    Là nous SOMMES dans notre appartement à Marseille

    Où de SERIEUX évènements se déroulent

    Et les SOLDATS sont obligés montent la garde devant certains bâtiments.

    Cela ne fait pas une bonne publicité pour la cité phocéenne.

    Nous SOUHAITONS vivement voir tout cela rentrer dans l’ordre

    Afin de ne plus avoir la crainte de SORTIR SURTOUT le SOIR.


    118 commentaires
  • Clotaire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Couleur rouge, la rose attend chez le fleuriste,

    Liberté d’aimer malgré une religion différente,

    Offrir son cœur à l’être élu,

    Tendrement les amoureux s’enlacent,

    Amitié sincère peut  devenir plus forte,

    Invitation se lit sur les visages,

    Restaurants pleins avec les tables de deux êtres,

    Encore une fête à ne pas oublier, mais c’est encore du commerce.


    118 commentaires
  • REVER

     

     

     

     

     

    Chacun  de nous REVE,

    REVE de faire un beau voyage,

    Aller découvrir de nouvelles REGIONS.

    Pourquoi ne pas vouloir aller visiter RIO,

    Plus près de chez nous,

    Voir la ville de ROUEN.

    Certains pensent à la ROUMANIE.

    D’autres font le REVE,

    Avoir un animal,

    Mais ils ne veulent pas le ROITELET en cage,

    Ils aiment mieux l’entendre chanter dans la nature,

    Ils préfèrent posséder des RUCHES

    Là, ils pourront déguster le bon miel.

    Des gens songent à posséder un jardin,

    Ils y planteront des ROSIERS,

    Ils feront de beaux bouquets de ROSES pour leur bien aimée,

    Ils n’oublieront pas d’enlever les RONCES,

    Elles envahissent facilement le terrain.

    Ils laisseront une petite place pour leurs enfants

    Ils pourront y mettre des RADIS.

    Il y en a avec des idées de grandeur,

    Ils souhaitent posséder une ROLLROYCE,

    Ils veulent épater les copains.

    D’autres ne se contenteront de leur bonne vieille RENAULT.

    Moi, je REVE,

    Je me vois en ROBE avec des bottes,

    Avec des longs cheveux ROULES en un chignon.

    Je me vois RIRE avec mes amis,

    Je me vois ROUGIR de honte si je n’arrive pas à m’exprimer,

    Je me vois RALER si je n’arrive pas à mes fins,

    Je me vois RENDRE le monde plus beau

    Aidant ceux dans la souffrance,

    Je me vois RISQUER demander de l’aide.

    Je me vois ROULER en bicyclette,

    Je me vois jalonner les ROUTES sinueuses des montagnes de France,

    Je me vois RAMASSER les fruits de mer pour mon plus grand REGAL,

    Je me vois me RENDRE dans un grand RESTAURANT,

    Je veux y savourer les mets les plus fins,

    Maintenant les gens préfèrent ouvrir une boîte toute prête de RAVIOLIS.

    Je me vois durant mon enfance,

    Je mangeais les bons ragoûts cuisinés par mes tantes.

    Je me vois RELIRE les contes à une RIBAMBELLE d’enfants

    Je me vois rendre la liberté au ROUGE-GORGE guéri de ses blessures

    Je me vois RIVALISER sur des skis avec les plus grands RANDONNEURS.

    Enfin, je me vois atteindre l’inaccessible étoile

    Afin de RETROUVER ceux déjà partis pour le long voyage

    Et me dire RAISONNABLEMENT ton heure n’est pas encore venue.

    Tu dois encore agir, donner de l’amour,

    ROULER ta bosse pour offrir du bonheur,

    Et RETROUVER le goût de vivre,

    REMPLIR une mission non encore terminée.


    112 commentaires
  • Barbara

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Boire un petit coup,

    Alcool, danger au volant.

    Rouler dessous la table,

    Boisson anisée en trop grande quantité.

    Arroser un heureux événement,

    Régime oublié.

    Assister à de bons moments amicaux….


    118 commentaires
  • POURQUOI

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    POURQUOI cela m’est-il arrivé ?

    Certes, je ne suis pas BANCALE.

    Tour au long de ma VIE,

    Ce handicap sera comme un FARDEAU.

    Il y a des jours où la DOULEUR est présente.

    J’ai beau LIRE,

    Mais cette maladie sera toujours en moi.

    Peut-être avec le TEMPS,

    Il y aura une solution à mes problèmes,

    Pour le moment,

    La RESILIENCE est en moi.

    J’ai bien CONSCIENCE,

    Me plaindre ne servira à rien,

    Comme nous pouvons le constater

    Il y a pire ailleurs.

    Des REGRETS, il y a en a eu,

    Avoir vu un médecin de notre capitale,

    Avoir subi des opérations,

    Et en final s’entendre dire,

    C’est pour la VIE,

    Il faut l’accepter et le subir.

    Je reste avec la SIDERATION

    D’entendre :

    Mais elle n’a rien,

    Nous pouvons la voir partout.

    Certes, les chemins SINUEUX,

    J’en ai peur et les évite.

    La TENACITE d’y arriver je l’aie.

    Le jour où je me sens plus fatiguée,

    Je m’efforce tout de même de faire le TOUR de mon quartier.

    Voyant les autres,

    Parfois, je n’ai pas le CŒUR à RIRE,

    Ils sont libres de leurs mouvements.

    Sur SCENE, je suis quand même montée.

    Je faisais partie dans le  Nord d’une chorale,

    Nous nous présentions en concert.

    Il fallait voir les yeux SCINTILLES de notre public.

    Personne n’a jamais tenté de réaliser une AQUARELLE de notre groupe.

    Il y avait les journalistes avec leurs appareils photos.

    Ils immortalisaient ces bons moments

    Où nous faisions une belle SYMPHONIE.

    Où chacun faisait de son mieux,

    Certes toutes les voix n’étaient pas toujours justes,

    La mienne en première.

    MALGRE cela, personne n’était rejeté de ce groupe.

    Puis un beau jour,

    J’ai eu le cœur DECHIRE,

    Papa est parti pour le long voyage,

    Cela a été un grand VIDE dans ma vie.

    Autour de moi a régné le SILENCE.

    Je pensais avoir des amis,

    Mais non, ils m’ont laissée seule.

    Tout cela a été une grande PARENTHESE dans ma vie.

    Un beau jour,

    J’ai rencontré l’amour,

    Je n’y croyais plus.

    N’ayant plus d’emploi dans le Nord,

    J’ai pris mon Envol dans le Sud.

    Je suis arrivée à Marseille.

    J’y coule des moments heureux

    Tout en gardant l’esprit du Nord

    Surtout ne voulant pas oublier mon accent.

    Je ne veux pas le perdre,

    Il fait partie de mes racines,

    Je ne peux les renier

    Surtout que tous les miens sont toujours dans le Cambrésis,

    Et d’autres dans le Pas de Calais.

    Certes, des reproches, j’en ai parfois,

    Surtout celui de parler fort,

    Mais à la maison,

    Il fallait couvrir le son de la malterie,

    Usine en face de chez moi,

    Où l’orge y germait

    Pour la fabrication d’un malt

    Un composant de bonnes boissons : la bière, le whisky.


    104 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires